Sous un grand soleil de printemps, l’une de ces journées de « vrai » printemps que nous avons eu à Montréal, j’ai décidé de me gâter avec un bon brunch! Après avoir entendu toutes les rumeurs possibles et lu toutes les critiques de brunch, j’étais décidée à élucider ce mystère gastronomique. Aussitôt dit aussitôt fait, me voilà à table au Pastaga.

Tout en attendant mon repas, je me suis renseignée pour vous sur les origines de ce restaurant. Oui, alors pourquoi Pastaga?

En France, lorsque j’allais en week-end dans le sud, j’ai souvent entendu les sudistes dire « on prend deux pastagas » à l’heure de l’apéro, alors qu’ici il y a une forte probabilité que vous entendiez Pastaga en référence au nouveau restaurant (et non pas au Pastis) de Martin Juneau et de son ami et associé Louis-Philippe Breton.

Ouvert depuis décembre 2011, ce bistro gastronomique propose une carte des brunchs qui change presque toutes les semaines. Parfait, me direz-vous : si on n’est pas trop attiré par le menu du jour (je doute fort!), on peut revenir tenter sa chance la semaine d’après!

La carte des brunchs vous offre un large choix, comme une salade de cresson pourpre et marinades, des rillettes de thon blanc avec une salade d’oeufs, câpres et chips de bagel, des oeufs au plat au poireau et à la pintade confite ou encore du saumon bio mariné accompagné de fromage à la crème aux herbes, d’œufs pochés et de chips de bagel! Bref, vous l’avez compris, les saveurs sont au rendez-vous au Pastaga!

Pour ce qui est du décor (vous savez comme j’aime être assise dans un bel endroit), le Pastaga mêle tables de bois brut et luminaires industriels, le service sans prétention s’accorde parfaitement à la clientèle, et l’ambiance qui en résulte est très agréable. Ce qui m’a davantage plu, c’est d’avoir choisi de séparer la cuisine et la salle par une simple vitre, qui laisse le champ libre aux clients voyeurs (comme moi). Nous pouvons même nous y installer afin d’observer de plus près les chefs s’affairer dans leur travail. Une ambiance accueillante et chaleureuse garantie!

Pour mon brunch, un plat favori de la clientèle, selon les dires de Louis-Philippe lui-même : le pain doré toasté aux champignons et oeufs pochés. Les champignons étaient parfaitement caramélisés et le pain ni trop grillé, ni trop mou. Une petite sauce aux herbes accompagnait le tout histoire de bien relever le plat!

J’ai terminé mon repas avec un dessert fabuleux : les tires éponges façon Crunchie! Je ne vous en dis pas plus, allez élucider le mystère par vous même…

Autant vous dire que j’étais conquise! Mon amie quant à elle, a choisi les bénédictines de bison fumé et muffin anglais minute. Et disons qu’il ne restait plus grand-chose dans l’assiette!

Les portions sont relativement petites comparativement à d’autres brunchs à Montréal. Mais on ne vient pas au Pastaga pour se bourrer mais bien pour déguster et partager, car les plats en plus d’être beaux à regarder, sont une véritable explosion en bouche. On adore!

À noter que les prix vacillent entre 12 et 16 $ l’assiette, un tout petit peu plus que la moyenne, mais n’oubliez pas zurbaines, c’est quand même du Martin Juneau. Alors ça en vaut plus que la peine, croyez-moi!

Très gros plus pour un brunch, le restaurant accepte les réservations! De quoi éviter les interminables queues…

Pastaga
6389 Saint-Laurent
(438) 381-6389

Ouvert du mardi au dimanche en soirée, le vendredi pour le midi et le dimanche pour le brunch

Retrouvez Pastaga sur:
Site internet | Facebook | Twitter

Mina, zurbaine invitée